Photo de la plage de la Palue, une nouvelle vie

Me revoilà aujourd’hui, cela fait maintenant plusieurs mois que je n’ai rien publié. Un manque d’envie, une nouvelle vie.

Un an, il aura suffi d’un an pour que je change de vie. Un an pour que mon monde s’écroule, que j’ai la sensation de tout perdre, puis de tout regagner, en plus grand, en plus beau, en plus fort. Un an pour que ma vie change du tout au tout, et qu’elle se métamorphose. À l’image de la chenille qui se transforme en papillon après avoir passé quelque temps dans sa chrysalide, j’ai énormément appris de moi-même et grandi durant cette année.

Il y a un an jour pour jour, le 27 mars 2019, ma vie a changé radicalement. Dans cet article j’aimerais, non pas te raconter ma vie en détail, t’expliquer au combien j’ai souffert et par quelles étapes je suis passée. J’aimerais juste t’écrire ces quelques mots pour te dire que parfois, lorsque l’on croit perdre beaucoup, la vie cherche juste à nous emmener sur un autre chemin, bien plus beau.

Perdre son ancienne vie

Il y a un an, mon conjoint m’a annoncé avoir des sentiments pour une autre. Du jour au lendemain j’ai perdu mon conjoint, notre complicité, nos projets, son amitié et son amour. J’ai dû (entre autres car la liste est longue):

  • annuler notre Pacs prévu quelques semaines plus tard
  • partir de l’appartement que nous avions pris en location dans lequel je m’étais énormément investie en réalisant des travaux d’aménagement.
  • quitter mon CDI à mi-temps car il ne me permettait pas de me reloger sur Nantes.
  • quitter la ville de Nantes où je vivais depuis 7 ans.
  • retourner vivre chez mes parents.

C’est ainsi que je me suis retrouvée chez mes parents, sans emploi, loin de ma vie Nantaise, toutes mes affaires en cartons.

Je ne vais pas mentir, avant d’arriver au recul nécessaire pour apprécier ce bouleversement dans ma vie, j’ai énormément souffert. Cependant, j’ai dès le départ été convaincue que cela me serai bénéfique, même si j’étais alors incapable de comprendre comment.

Les synchronicités

Dès le début de ce bouleversement, j’ai remarqué quelques « heureux hasards ». De nombreux événements se sont passés avant cette révélation mais surtout après. Une multitude de choses se sont produites pour m’apporter du réconfort ou bien m’aider à avancer. Je pourrai en citer des dizaines mais je ne pense pas que ce soit pertinent. Ces « choses » m’ont permis de ne pas perdre de temps dans des directions inutiles, de gagner en lucidité sur certaines situations et certaines relations personnelles ou professionnelles.

Il y a une chose que j’ai alors commencé à faire durant cette période et que je continue de faire. Il s’agit de noter trois choses chaque jour pour lesquelles je suis reconnaissante. Cela permet de se concentrer sur le positif et de nourrir dans sa mémoire les souvenirs positifs.

La victimisation

Le plus difficile, lorsqu’une situation douloureuse se présente, c’est de ne pas entrer dans le rôle de victime. Se définir comme victime et concentrer son attention sur tout ce que l’on a perdu de manière totalement injuste, cela n’aide en rien à avancer. Face à cette situation, la première des choses que j’ai faite est d’étudier par des livres et des vidéos les dynamiques de couple, ce qu’est une relation seine. J’ai pu en déduire à mon grand désarroi que non, ma relation n’était pas une relation qui pouvait me convenir. J’ai alors remercié la vie d’avoir oeuvré pour éviter ce premier engagement entre moi et cette personne. Un engagement qui n’aurait été bénéfique ni pour l’un ni pour l’autre sur le long terme.

Par la suite, je me suis concentrée sur mon bien-être. Je suis partie en voyage seule dans les Pyrénées, j’ai randonné seule en pleine montagne, je me suis ressourcée, j’ai fait du sport, j’ai lu. Je n’avais presque plus d’argent, je ne savais pas où je souhaitais vivre, alors je me contentais de prendre soin de moi chaque jour, comme je le pouvais, selon l’énergie que j’avais.

Faire confiance à la vie

Puis un beau jour, la vie m’a mise en contact avec une belle personne. Sans grand espoir, j’ai appris à la connaître à distance lors de longs appels. Puis un jour, je suis allée la rencontrer, en Bretagne, sur la pointe tout là-haut, après Brest. Ça a été le coup de foudre, malgré ma grande réticence due à mes blessures à peine cicatrisées. J’ai de plus été subjuguée par la beauté des paysages des côtes du Finistère. Quelques mois plus tard, nous avons emménagé ensemble. J’habite maintenant à 200m de la mer. Je vis dans un environnement qui me correspond totalement. Chaque jour, je sens comme cette personne m’aide à grandir et à m’épanouir et je vois à quel point c’est réciproque.

Alors oui, si une petite voix m’avait dit, il y a un an jour pour jour, que je vivrais tout cela: « Salut ! Juste pour te prévenir, ton conjoint va te quitter à quelques semaines du Pacs. Tu rencontreras quelques mois plus tard une personne avec qui tu t’épanouiras davantage. Nantes, c’est fini, tu vas partir vivre dans le Finistère. Tu vas apprendre à surfer. Ton nouveau chez toi sera à quelques mètres de la plage. Mais surtout, le plus important, tu vas énormément grandir et apprendre. » J’aurai bien ri en pensant qu’il y a erreur sur la personne.

Lâcher prise

Aujourd’hui, si on me demande « cela valait-il le coup de souffrir autant ? », je réponds oui, un grand oui. La vie m’a arrachée à une vie qui ne me correspondait plus, pour m’amener dans une vie dans laquelle je me sens épanouie. Quand j’y repense, il y a tellement de choses qui se sont produites pour que tout ce chemin se fasse, le hasard n’y est vraiment pour rien là-dedans.

Parfois, je résiste à certains changements, par peur de l’inconnu. Je préfère rester dans une situation inconfortable ou bien qui ne me correspond plus parce qu’elle reste dans le domaine du connu. La vie m’a poussée à sortir de ma zone de confort, à quitter ce cercle pour quelque chose de plus grand. Maintenant, je réalise que pour vivre, il faut parfois choisir de quitter le sentier que l’on connaît, pour créer un nouveau sentier qui nous correspond davantage.

Certaines choses n’arrivent pas pour rien. Parfois, des choses désagréables arrivent dans nos vies, non pas pour qu’on s’accroche de toutes ses forces au passé, mais pour nous amener à écrire un nouveau chapitre. S’il y a une chose que je retiens des 365 jours qui viennent de s’écouler, c’est que vivre, c’est toucher l’inconnu.

Et maintenant…

Je continue de cultiver ce que j’ai appris durant cette année. Je compte accorder davantage de temps à ce petit bout de blog qui m’a manqué. Si la thématique du développement personnel t’intéresse, n’hésite pas à aller faire un petit tour par ici.

En cette période un peu spéciale de confinement je suis vraiment reconnaissante à la vie de m’avoir amenée ici. Je me dis que vivre cette épreuve dans mon ancienne vie aurait été vraiment éprouvant. J’ai la chance de pouvoir aller voir la mer chaque jour et de vivre avec une personne qui prend soin de moi, alors merci 💙

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *